Résultats de votre recherche

Ha’api’ira’a 8 (va’u)

Posté par rainbowoman le 7 janvier 2010

 

IA ORA NA, MANAVA E MAEVA

bn8.gif

HA’API’IRA’A VA’U 

Te hiona – La neige


No te to’eto’e rahi, ua topa te hiona ! 

A cause du grand froid, la neige est tombée !


Teie mahana, ua topa fa’ahou te hiona i te ‘oire ra no Pari, i te fenua Farani.

Aujourdhui, la neige est encore tombée sur la ville de Paris, en France.


Aue i te to’eto’e e !

Comme il fait froid !


Ua oti roa vau i te to’eto’e !

Je suis gelé(e) !


E he’e te mau pere’o'o i ni’a i te mau puromu !

Les voitures glissent sur les routes !


to’eto’e : froid

rahi : grand – beaucoup – nombreux

topa : tomber

teie : ce, cet, cette

mahana : jour

teie mahana : aujourd’hui

fa’ahou : encore

te ‘oire : la ville 

te fenua : le pays, la terre

Aue !: Mon Dieu

Ua oti roa … : être à la fin de quelque chose

he’e : glisser

te pere’o'o : la voiture – te mau pere’o'o : les voitures

ni’a : sur – dessus

te puromu : la route – te mau puromu : les routes



FA’AITOITO  !






Publié dans | 3 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

IA ORA NA I TE MATAHITI API 2010 – BONNE ANNEE 2010

Posté par rainbowoman le 31 décembre 2009


heivagutdsc0979250x166.jpg 




E TA’U MAU HOA HERE ITI E 


Mes très chers amis


IA ORA NA I TE MATAHITI ‘API 2010


Bonne Année 2010


IA ‘OA’OA ‘OUTOU I TE ROARA’A


O TEIE MATAHITI ‘API


Que la Joie soit avec vous tout au lond de cette nouvelle année



IA MAITA’I ‘OUTOU


Que vous soyez heureux et en Bonne Santé


E TO ‘OUTOU ‘UTUAFARE


Ainsi que votre foyer



IA ORA NA


fn4yn4cf.gif



TE AROHA IA RAHI



TE ‘APA MAITA’I ATU NEI AU


IA ‘OUTOU PA’ATO’A


Je vous embrasse tous bien fort



JOJO



aute4.gif



rainbowoman.gif


bn21.bmp

 

baa.gif


img0960.jpg  img0959.jpg

 

Voici un Ma’a Tahiti


tfourtahitien331.jpg

 

fruitspolynesiensmall.jpg

 

Avec bien sûr un ptit plongeon dans ma piscine ;) )


lagonmooreapilotis.jpg

 

 

bn3.gif

 

bonneannee2.png

 

 

Publié dans | 38 Commentaires »

Ia ora na, Manava ‘e Maeva, i te ‘ava’e Titema 2009

Posté par rainbowoman le 1 décembre 2009

rainbowoman1.gif

C’est Noël ! Mauruuru Cocodesiles ! Tant de temps passé pour m’offrir cette si belle image, avec mon pseudo … 

Mauruuru rahi roa 


hulars.gifhulars.gifhulars.gifhulars.gifhulars.gifhulars.gifhulars.gif

isabellisa122873578958gros.gifisabellisa122873578958gros.gif

dxmgqv0c.gif

IA ORA NA, MANAVA ‘E MAEVA


TEIE TE ‘AVA’E NO TITEMA


‘A FARI’I MAI I TE TAPA’O NO TE


AROHA


TE HERE


TE  AROHA  IA  RAHI



calendrierdcembre2009crationcocodesles4.gif

Calendrier de chez Cocodesiles

img0748.jpg

Mon sapin est fait :) )

tiaanoera.png



Te tia’a Noera par les Frangipanes

TE TIA’A NOERA

Te ho’e tamari’i i roto i te fare ni’au

I ni’a i to na ro’i ‘e, moemoeahia ‘oia

Te mahana Noera, ‘ite ‘oia, ua rau te huru

Te tia’a tamari’i, raro a’e i te mau ro’i

‘Are’a ra to na ra,

E ‘apu ha’ari noa ia

Ua pure ho’i ‘oia

Mai te ta’i ‘e te ‘oto

Ia Papa Iti Noera

Eiaha ia mo’ehia

To na na tia’a iti

‘Apu ha’ari, ‘apu ha’ari

To na na tia’a iti

‘Apu ha’ari, ‘apu ha’ari


Cette chanson est interprétée par les Frangipanes :) ). Elle a été enregistrée  dans les années 60 … Elle parle d’un enfant pauvre, qui attend la venue du Père Noël … il sait que tous les enfants rangent leurs petits souliers sous leur lit … mais lui, en guise de petits souliers, il a brisé une noix de coco et les coques sont   »ses petits souliers ». Il prie et supplie le Père Noël de ne pas oublier de les remplir même si elles ne sont pas de véritables souliers.


q6jwx6gc.gifq6jwx6gc.gifq6jwx6gc.gifq6jwx6gc.gifq6jwx6gc.gif


Chaque année, j’enseigne cette chanson à mes élèves de 6è qui l’apprécient et la trouve très belle … Je les accompagne avec mon ukulele, ils aiment ça … A chaque fois, je suis toujours très émue, car  il ne faut pas oublier que tous les enfants malheureusement, ne sont pas toujours « chanceux » …


papanoel31.png

GABILOU, NOERA I TAHITI

Noera, Noera i Tahiti

Ua fanauhia te tamaiti

I roto i te ho’e anatau

Tei vehi ia ‘e te ata

‘Umete to na ta’otora’a

Tauhia te manu, te reva

Noera teie i Tahiti nei

Ua fanau mai te tamaiti

Teie Noera Api i TAhiti nei

Matahiti Api e

Te ‘oa’oa ato’a nei

Noera i te ao ato’a nei

Ua fanauhia te tamaiti

Ta tatou ia e ‘oa’oa nei i teie matahiti ‘api

Ua’a te mau tiare ato’a

Tauhia te manu te reva

Noera teie i Tahiti nei 

Ua fanau mai te tamaiti

O Noera teie (2 fois)

Papa ma e Mama ma

A here i ta outou mau tamarii

E te mau tamarii 

A fa’atura na i ta ‘outou  mau metua

Mauruuru

 


IDEES DE CADEAUX POUR VOUS ET POUR VOS PROCHES


La Boutique NONOMITI

a sorti sa nouvelle collection de fleurs exotiques

En voici quelques exemples …


bfmfib2kkgrhqihc4ere9thjvubls8ddq12.jpg    bfme2cg2kkgrhquhdceriyvru8bls7ocqd12.jpg

 

bfmm55qbwkkgrhquhd8er2bc4qr3blq4236vw12.jpg

065f12.jpg bbmvo2gwkkgrhqmoki0eq5fkqn1lbku5echqkw12.jpg

Sans oublier …

 

bfmp2nmkkgrhqmokkeery7t49jblrtkfefq12.jpg


dq6el7ou.gifdq6el7ou.gif


joyeuxnoel2.png


rainbowomancocodesiles1.gif

 

noera200931.bmp


nana2.gif



 

 


Publié dans | 44 Commentaires »

Café – Pain beurre

Posté par rainbowoman le 5 octobre 2009

IA ORA NA, MANAVA E MAEVA

tiare3.jpgtiare3.jpgtiare3.jpgtiare3.jpgtiare3.jpg

(Café- Pain beurre interprétée par Emma Terangi)

 

 

E te hoa iti e, haere mai ‘e taofe

Cher(e)  ami(e), viens « café » 

 

caf.jpg

Ma’a taofe (un peu de café)

271721m.gif271721m.gif271721m.gif

Ma’a firifiri (beignets au lait de coco)

41211742p.jpgimg0340.jpg

Ma’a ‘anani                                                                           Ma’a mereni

Eiaha ia mo’e te I’A OTA 

(ne pas oublier le poisson cru)

img0321.jpg

TAMA’A MAITA’I !!

(Bon appétit)

Petite note culturelle :  Le café – pain beurre est une institution ici, car il ne se prend pas seulement le matin, mais le soir également, pour accompagner le repas…

Le petit-déjeuner était important car après on partait travailler dans le « fa’a'apu », champs pour toute la journée … jusqu’à 15h – puis on allait à la pêche pour le repas du soir avec toujous du café et du pain beurre …

Le « firifiri » ou « fifiri » est le pain par excellence dans les familles polynésiennes … on a gardé cette habitude surtout le dimanche …

La vie moderne a modifié les habitudes alimentaires des polynésiens … ce qu’ils allaient pêcher, chasser et cueillr … ils l’achètent … 

uv7qh7hr.gifuv7qh7hr.gif

 

 

 

 

Paroles et traduction de : Café pain beurre

Ua ori au na te Ao nei                                      Je me suis promenée dans le Monde

Ua amu vau i te mau ma’a                               J’ai goûté à tout (j’ai mangé toutes sorte de nourritures)

Ava’ava, monamona                                         Salé, sucré

Are’a ra,                                                              Mais

Café Pain beurre                                               Café Pain Beurre (2)

Te ma’a mea au roa na’u                                  Le mets que je préfère                                 

Café Pain beurre                                               Café Pain Beurre

Te hina’aro nei i tera ma’a                               C’est ce que je veux (manger)

Ua oti ta’u tai’ara’a                                             Ma pêche est terminée

Ua haere au i te fare                                           Je vais rentrer à la maison

Faraipani mai ta’u mau ‘ia                               Pour frire mes poissons

Are’a ra                                                                Mais 

Café Pain beurre                                               Café Pain Beurre (2)

Te ma’a mea au roa na’u                                  Le mets que je préfère                                 

Café Pain beurre                                               Café Pain Beurre

Te hina’aro nei i tera ma’a                               C’est ce que je veux (manger)

Haere mai ta’u i here                                        Viens mon Amour

A rave mai te ‘o’ini ma’a                                  Prends donc le panier (qui va contenir nos victuailles)

Haere taua i te matete                                      Rendons-nous au Marché

‘Are’a ra                                                               Mais

Café Pain beurre                                               Café Pain Beurre (2)

Te ma’a mea au roa na’u                                  Le mets que je préfère                                 

Café Pain beurre                                               Café Pain Beurre

Te hina’aro nei i tera ma’a                               C’est ce que je veux (manger)

 

Publié dans LA CUISINE POLYNESIENNE | 5 Commentaires »

La légende du cocotier (2 versions) – Te ‘a’ai no te tumu ha’ari

Posté par rainbowoman le 3 octobre 2009

IA ORA NA, MANAVA E MAEVA

cocotier.jpg

 

Hina promise à Fa’arava’ianu (qui étancha la soif)

Il y avait une fois une très belle princesse de Pape’uriri, Tahiti, du plus haut rang, et que ses protecteurs célestes, le Soleil et la Lune, avaient nommée Hina. Lorsqu’elle fut devenue une jeune femme très admirée pour sa beauté, des éclairs de lumière émanaient de son corps. Le Soleil et la Lune la marièrent au roi du Lac Vaihiria avant même qu’elle ne l’eût jamais vu.Ce roi s’appelait Fa’arava’ianu et Hina , supposant que ce mariage était souhaitable, s’occupa joyeusement de tous les préparatifs de son mariage. Elle choisit pour demoiselle d’honneur deux amies d’enfance, Varua et Teroro.

Lorsque le jour du mariage arriva, elles s’habillèrent de tapa blanc avec des guirlandes de maire entrelacées de fara rouge et de tiare blanc. La mariée portait comme insigne de haut rang un collier et une ceinture de ‘ura rouge et jaunes. Enfin la princesse partit accompagnée de ses serviteurs et de ses amis et se dirigea vers le lac Vaihiria au son du tambour et du vivo.

En arrivant à mi-chemin dans la vallée, elle aperçut, à sa profonde horreur,son époux qui venait à sa rencontre et qui n’était autre qu’une énorme anguille aussi large et longue que le tronc d’un grand cocotier ; tel était Fa’arava’ianu, roi du Lac Vaihiria à qui la belle Hina avait été promise .

Refus et fuite de Hina à Vaira’o

Terrorisée, la pauvre princesse se tourna vers ses parents, et leur dit : « Est-ce vraiment ainsi, o mes parents, Est-ce votre désir que je sois mariée à un monstre et non à un être humain ? Comme vous êtes cruels. »
Je vais donc me sauver moi-même.
Et aussitôt elle quitta la vallée et rentra chez elle. Les gens la voyant rentrer, lui demandèrent la cause de son retour et, lorsqu’ils l’apprirent, leur désespoir se joignit au sien.

« Et maintenant, leur dit-elle, adieu, il faut que je me sauve. Si tout va bien je reviendrai et, en attendant, mes chers amis, je vous confie tout ce que j’ai de précieux. Si je vis, je reviendrai vivre parmi vous que j’aime tant ».
On lui prépara aussitôt une pirogue et, à la tombée de la nuit, Hina, accompagnée de fidèles serviteurs, partit pour Vaira’o, Taiarapu, pour se mettre sous la protection du grand Maui qui avait arrêté et réglé le soleil.

Hina demande la protection de Maui
En arrivant dans la grande île où il habitait, Hina fut reçu par la femme de Maui, ce dernier étant absent.
Peu de temps après il rentra et demanda à sa femme d’où provenaient ses éclairs de lumière qui illuminaient leur sombre demeure.
« C’est Hina à la ceinture ‘ura, lui répondit-elle,
Hina aux éclairs dans l’Est, Hina fille du Soleil et de la Lune, son vent est l’alizé du Nord-Est. »
Maui s’approcha alors de la princesse et lui ayant souhaité la bienvenue lui dit : « O Hina, fille chérie de Mataiea, que puis-je faire pour vous ma princesse, »
« O Maui s’écria-t-elle, sauvez-moi de ce monstre hideux, du roi de Vaihiria qui va venir ici pour me réclamer comme son épouse ! Ayez pitié de moi, regardez au dehors, quel est le vent qui souffle ?
Il est possédé, l’obscurité s’étend sur le pays et les vagues écumantes cachent l’océan au loin ! »
Et pendant que Hina racontait sa triste aventure, ils aperçurent l’anguille qui se frayait un passage dans le récif.

Confrontation de Maui et Tuna
Maui, horrifié, se hâta de placer ses deux dieux de pierre sur la falaise, aiguisa sa hache et prépara son hameçon ;
puis comme l’anguille s’approchait du rivage, il mit un appât tentateur sur l’hameçon et l’attacha avec des cheveux de Hina.
Aussitôt que l’anguille le vit, elle s’écria d’une voix de tonnerre:
 » Maui, livre-moi mon épouse ! »
Et Maui jeta son hameçon dans la mer en criant
:« C’est moi Maui le brave, dans mon fief aucun roi ne peut m’échapper ; il deviendra de la nourriture pour mes dieux. »
L’anguille ayant vu l’appât ouvrit la gueule et l’avala avec l’hameçon. Maui la tira à terre et la décapita puis, ayant enveloppé la tête, dans un morceau de tapa, il la présenta à Hina en disant:

Recommandation de Maui à Hina

« Tenez bien ce paquet et ne le poser surtout pas à terre avant d’être arrivée chez vous, plantez-le alors au centre de l’enclos du marae. Cette tête d’anguille contient de grands trésors pour vous, vous en tirerez de quoi construire et achever votre maison, sans compter de quoi manger et boire. Mais n’oubliez pas mon avertissement afin de ne pas perdre ce précieux bien en le posant à terre avant d’arriver chez vous. C’est alors qu’on se souviendra de vous en tant que
Hina-vahine-e-‘anapa-te-uira-i-te-hiti’a-o-te-ra. »

Oubli de Hina et naissance du cocotier

Hina prit donc le paquet qui était devenu léger par enchantement et, faisant partir sa pirogue en avant, elle décida de marcher un peu avec sa servante. Elles arrivèrent à un endroit nommé Paui ,
où se trouvait une rivière et s’arrêtèrent pour se désaltérer.
Ce faisant, Hina déposa sans y penser son paquet sur le sol puis décida de prendre un bain. Elle avait à peine plongé dans l’eau que l’avertissement de Maui lui revint à la mémoire.
Elle remonta en hâte sur la rive et là, à sa stupéfaction, constata que:
le tapa enveloppant la tête s’était détaché et que la tête elle-même était fixée dans le sol et couverte de jeunes pousses ; elle était devenue un jeune cocotier !
Alors Hina comprit pourquoi Maui lui avait dit de ne la poser que dans son marae et elle pleura amèrement.
A ce moment apparu une femme du peuple appelée Ruroa qui demanda à Hina la cause de son chagrin et, après avoir écouté son récit, lui dit avec sympathie : » Ne soyez pas en peine, car cette terre nous appartient ; venez vivre avec nous, vous pourrez ainsi surveiller la croissance de votre arbre qui sera toujours votre propriété. »

Hina accepte l’hospitalité de Ruroa

Hina, réconfortée, accepta l’aimable invitation et, après avoir envoyé sa compagne jusqu’à sa pirogue pour dire à sa suite de rentrer, elle se confia à sa nouvelle amie qui l’installa très confortablement chez elle. Après avoir copieusement déjeuné, Hina se jeta sur une natte et s’endormit profondément.
En se réveillant vers le soir, elle entendit des voix non loin de la maison et vit deux beaux jeunes gens, fils de Ruroa qui revenaient de la pêche, et étaient en train de demander à leur mère quelle était la cause de ces éclairs qui sortaient de la maison.
Elle leur répondit :  » C’est Hina, princesse de Pape’uriri et fille du Soleil et de la Lune. Elle possède un jeune cocotier qui est planté non loin d’ici et elle demeure ici pour le surveiller jusqu’à sa maturité. »

Hina anoblit les deux fils de Ruroa et la mère

Assez troublés, les deux jeunes gens restaient dehors, n’osant pénétrer dans la maison. Le plus jeune alla voir le nouvel arbre et le trouva portant de nombreuses noix ;
il en prit une qu’il porta à son frère et à sa mère et, tandis que ceux-ci l’examinaient avec admiration, Hina, voulant mettre toute la famille à son aise, leur cria d’entrer.
Elle dit au frère aîné : » Vous devez être Mahana-e-‘anapa-i-te-po’i et vous, dit-elle, s’adressant au plus jeune, « Vous devez être
Ava’e-e-hiti-i-te-ahiahi »
En leur donnant ces noms qu’autrefois les plébéiens n’auraient jamais osé prendre, elle les anoblit et par là même, anoblit la mère.
La belle et généreuse Hina ne tarda pas à se faire aimer de toute la famille et tout ce monde vivait heureux, se nourrissant de noix de coco qui faisaient l’admiration de toute la presqu’île de Tai’arapu.

Mariages de Hina et naissance de deux filles
Hina et Mahana-e-‘anapa-i-te-po’i s’éprirent l’un de l’autre et, de ce mariage, naquit une fille qu’ils appelèrent Te-‘ipo-te-marama (la fiancée de la lune). Malheureusement le mari de Hina mourut peu de temps après.
Celle-ci épousa un peu plus tard le jeune frère qui lui rappelait son premier mari. De ce second mariage elle eut encore une fille qui fut appelée
Te-‘ipo-o-te-here (la fiancée de l’amour).

Arrivée du cocotier à Anaa

Un jour que les deux enfants jouaient tenant chacun dans sa main une noix de coco mûre, les dieux se saisir d’eux et les placèrent sur un arc-en-ciel qui les porta à Taka-horo dans l’île Anaa aux Tuamotus.
La plus jeune sœur constatant que sa noix ne contenait pas d’eau, la changea avec celle de sa sœur à son insu.
Mais ceci déplut aux Dieux qui firent tomber la noix de ses mains et l’emmenèrent dans les nuages d’où elle ne revint jamais.

C’est ainsi que Te-‘ipo-o-te-marama devint l’unique propriétaire du premier cocotier qui poussa à Anaa et c’est de cette île que se répandirent tous les cocotiers dans tout l’archipel.

cocotier.jpg


Ce premier arbre vécut, dominant tous les autres, jusqu’au cyclone du 8 Février 1906 qui le brisa en trois morceaux que la mer balaya.

Résidences de Hina

Hina vécut de longues et heureuses années avec son mari, vivant tantôt à Tai’arapu, tantôt à Pape’uriri (Papeari),et ils eurent de nombreux enfants.

400pxdistrictsdetahiti.png

PAPE’URIRI (Papeari) : côte ouest, juste avant l’isthme

lactraversiere.jpg

LAC VAIHIRIA, perché sur les hauteurs de l’île, résidence de TUNA, roi du Lac Vaihiria, et roi des anguilles.

anaa.jpg

Pour en savoir un plus sur l’atoll de Anaa : http://anaa.over-blog.org/article-18610267.html

Si vous regardez la carte de plus près, sur la partie Nord de l’île, vous lirez TEMARIE (témarié) un petit îlot, sur lequel ma grand-mère mit au monde ma mère.

lalgendeducocotierparbobby.jpg

La légende du cocotier par Bobby HOLCOMB

cocotier.jpgcocotier.jpgcocotier.jpg

2nde  version de la Légende du Cocotier

Dans les temps anciens vivait à Tererauta une jeune fille très belle répondant au nom de Hina. Ses longs cheveux noir jais et son port de tête altier faisaient l’admiration de ses parents. Quand elle eut 16 ans, son père, le chef du district, envisagea de la marier. Il partit en quête d’un prétendant dans le district voisin de Teretai. Lorsqu’elle vit son futur époux, Hina ne put réprimer un sentiment d’horreur, l’heureux élu possèdant un corps énorme surmonté d’une tête effrayante. Il s’agissait du prince des puhi (anguilles). La jeune fille, épouvantée, s’enfuit vers la montagne.

Le soir, épuisée, elle vit un fare désert et s’y réfugia. C’était la demeure du dieu Maui qui était parti à la pêche. En rentrant chez lui, Maui trouva Hina qui lui raconta sa mésaventure. Ému par son histoire, le dieu lui promit de l’aider et l’autorisa à se cacher chez lui.Mais le prince des anguilles retrouva rapidement la trace de sa promise. Hiro, dès qu’il le vit, le captura et le coupa en trois parties. La tête tomba aux pieds de Hina et lui parla ainsi : «Un jour viendra où tous ceux qui me détestent finiront par m’embrasser sur la bouche, et toi Hina, tu seras la première d’entre eux !» Hiro enveloppa la tête de l’anguille dans des feuilles de bananier et confia le paquet à Hina : «Tu peux rentrer chez toi désormais. Tu enterreras la tête du puhi dans ton village, mais ne la pose jamais à terre durant ton voyage de retour car la malédiction pourrait se réaliser.»
Hina prit la route, mais en chemin, accablée par la chaleur, elle s’arrêta au bord de la rivière. N’y tenant plus, elle se baigna, après avoir déposé son paquet à terre. Aussitôt, la terre trembla et s’ouvrit pour engloutir la tête de l’anguille… Puis, un arbuste sortit de terre et poussa. Il ne ressemblait à aucun des arbres que connaissait Hina : un immense tronc, fin et droit, surmonté d’une grosse touffe de feuilles immenses, un peu comme une giganteque anguille dressée vers le ciel ! Les dieux, furieux, condamnèrent Hina à vivre près de la rivière en lui interdisant d’approcher l’arbre et d’en manger ses fruits.Le temps passa et Hina rencontra un pêcheur. Ils se marièrent et eurent une fille, aussi belle qu’était Hina au même âge. Une seconde fille arriva, à l’image de la première. Les enfants grandirent et un jour, alors que les parents étaient absents, elles voulurent goûter aux fruits étranges de l’arbre interdit, de grosses noix à la peau dure, frappées de trois taches sombres disposées en triangle au sommet, comme les yeux et la bouche d’un visage… Mais les dieux veillaient. Ils changèrent les deux jeunes filles en nuages. Les anciens racontent encore aujourd’hui qu’il s’agit des deux nuages roses qu’on aperçoit au-dessus de l’atoll de Anaa…Les années passèrent. Hina et son mari se consolèrent tant bien que mal de la disparition de leurs fillettes. Un jour, une grande sécheresse déferla sur les îles. Les sources se tarirent, les rivières s’assèchèrent, les récoltes se perdirent. La famine arriva… Seul l’arbre aux fruits interdits continuait à produire des fruits de plus en plus beaux, de plus en plus gros. Un jour, n’y tenant plus, les hommes décidèrent malgré l’interdiction des dieux, d’y goûter. La prophétie du prince des puhi allait s’accomplir. Pour étancher sa soif immense, Hina perça le fruit à l’endroit des trois taches et but un liquide légèrement sucré, délicieusement rafraîchissant… en posant ses lèvres sur le fruit défendu ! 

 

Publié dans LEGENDES POLYNESIENNES | 5 Commentaires »

12
 

CLUBFREEDOM ET REVOLVINGTRAVEL |
Sage-femme au Poste de sant... |
Aventure Libanaise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marie à vancouver
| adsvoyages
| Xin Chào Vietnam... Ginett...