• Accueil
  • > Recherche : tahiti avant

Résultats de votre recherche

Danse près d’un temple ancestral, le « marae » Arahurahu

Posté par rainbowoman le 9 juin 2009

Le groupe de danse LES GRANDS BALLETS DE TAHITI effectue une danse en mémoire aux anciens, en mettant en avant le PAHU NUI (pahou noui), le Tambour Sacré, car c’est avec cet instrument que l’on avertissait la population qu’une cérémonie religieuse allait avoir lieu.

 

http://www.dailymotion.com/video/xfb6x

 

http://www.dailymotion.com/video/xfbcn

Publié dans TRADITIONS POLYNESIENNES | Pas de Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

HEIVA à Tahiti, concours de danse

Posté par rainbowoman le 6 juin 2009

Chaque mois de Juillet, les polynésiens se retrouvent à Papeete, la capitale, pour un concours de chants et danses très très attendu : le « HEIVA » qui veut dire Fête dans le sens traditionnel. Ils arrivent des districts, des îles éloignées. Généralement, les danseurs et chanteurs se préparent des mois à l’avance. Les concours sont dotés de prix en numéraires, mais cela n’est rien à côté du fait d’être reconnu le MEILLEUR  ! Cette nouvelle notoriété donne effectivement une reconnaissance dans un savoir-faire traditionnel ainsi que le respect de toute la population.

Dans cette vidéo, on y voit une danseuse qui concourt pour le titre de Meilleure Danseuse de Tahiti, lors du Heiva 98.

Chaque groupe de danse présente Sa meilleure danseuse. Elle est seulement vêtue d’un « pareo » nouée sans autres accessoires, pour ainsi mieux juger son « déhanché ». Elle sera jugée sur sa grâce, son sourire malgré l’effort et quel effort ! elle sera également notée sur son déhanché sans bouger le buste, les pas de danse (en danse polynésienne, on ne parle pas de combinaison ). Elle est accompagnée des percusionnistes du groupe.

 Image de prévisualisation YouTube

 

Concours du Meilleur Couple

http://www.dailymotion.com/video/xggws

 

 

Dans la vidéo suivante, vous pourrez ADMIRER le groupe de danse O TAHITI E, lors du HEIVA de 1998. E X C E¨P T I O N N E L !!

Les groupes de danse seront évalués sur leur Créativitté :

- chants (nouvelles créations)

- musique – percussions, ukulele, guitares

- costumes  (végétal et traditonnel fait avec du raphia)

- danse.

Les membres du jury sont des experts de la  tradition et de la langue : difficile de les berner !! ils veillent aux grains !

Avant l’entrée en scène des différents groupes, le présentateur présente, dans les 3 langues : tahitien, français, anglais, le thème choisit par chacun des groupes, pour mieux apprécier la préstation. Puisqu’il s’agit ici de Tradition, les thèmes tournent autour des dieux polynésiens, des guerriers,  d’un savoir-faire typique d’une île ou d’un archipel.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xgdk7

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xgl2s

 

 

 

 

 

Publié dans TRADITIONS POLYNESIENNES | 1 Commentaire »

La légende de l’arbre à pain

Posté par rainbowoman le 21 avril 2009

 

La légende de l’arbre à pain (Te ‘a’ai ‘o te tumu ‘uru)

Nomar9657arbeapain.jpghoari’i était le roi [à cette époque-là]

Le père du « uru » s’appelle Ruata’ata.

Il était originaire de Ra’iatea. Son « marae » est « Toapuhi ». Son épouse, Rumauarii. Son « marae » se nomme « Ahunoa ».

Leurs quatre enfants naquirent.

Vint une époque où le pays fut touché par la famine. On ne mangeait plus que de la terre rouge. Ruataata et sa femme eurent pitié de leurs enfants qui mourraient de faim. Alors ils les prirentet les emmenèrent à l’intérieur des terres, dans une petite grotte où ils demeurèrent et mangèrent des fougères.

Un soir, Ruataata annonça à sa femme :

« Rumauarii ! Demain, lorsque tu te réveilleras , tu sortiras [de la grotte] , tu regarderas mes mains, ce seront des feuilles de « uru« , tu regarderas le tronc et la fourche de l’arbre, ce seront mon corps et mes jambes, tu regarderas les fruits ronds, ce sera du « uru », issu de ma tête. Et le coeur du fruit, ce sera ma langue. Tu le prendras et le cuiras. Tu le pèleras, tu le battras pour rendre la chair compacte, tu retireras le coeur, tu nourriras nos enfants jusqu’à ce qu’ils soient bien repus ».

Ruataata sortit. Son épouse demeura perplexe dans la grotte auprès des enfants.

Au petit jour, la femme se leva, sortit, leva les yeux et vit que l’endroit était tout ombragé par un bel arbre.

Tout ce que son mari avait annoncé était là et des « uru » mûrs étaient tombés au pied de l’arbre.

Depuis ce jour, cette petite vallée reçut le nom de Tuauru. La femme comprit alors le sens des paroles de son mari. Avec chagrin, elle prit délicatement ces fruits, les cuisit au feu de bois, et lorsqu’ils furent à point, elle les porta au bord de la rivière et suivit les instructions données par son mari. Elle nourrit ses enfants et en mangea elle-même.

Cette nourriture n’avait cependant pas été étrennée par le roi comme le voulait l’usage.

Un jour, les serviteurs du roi partirent à l’intérieur des terres dans ce fond de la vallée pour pêcher l’anguille, la chevrette et le goujon. Ils virent alors le coeur et la peau du « uru » qui avaient dérivé dans les flots. Ils les pêchèrent et mangèrent les restes de chair qui étaient dessus. Ils dirent :

- »C’est une nourriture délicieuse ! Mais d’où provient-elle ? »

Ils cherchèrent alors où se trouvait cette nourriture, remontèrent tout au fond de la vallée, parvinrent dans cette gorge, et là, le port majestueux de ce « uru » leur apparut.

La femme se tenait à côté. Ils lui demandèrent :

« - Quel est cet arbre ? »

La femme répondit :

« - C’est du « uru ». « 

« -Où te l’es-tu procuré ? »

« - Ceci vient de mon époux, Ruataata qui s’est transformé en « uru » à cause des pleurs de nos enfants privés de nourriture en cette époque de disette. »

urufruit.jpg        fruitarbreapain.jpg

L’arbre à pain et ses fruits                                                       Un  » ‘uru  » cuit

fml3nmt1.giffml3nmt1.gif

Ruataata : [rouata?ata] . Il faut décomposer le mot – Rua : deux – ta’ata : personne.

Nohoarii : noho : demeurer, rester – arii : roi .

Ra’iatea : ancien nom : « HavaikiNui » – Ra’iatea est une des îles de l’archipel de la Société. Cet archipel se divise en deux groupes d’îles : les îles du Vent dont fait partie Tahiti et Moorea, et les îles Sous-le Vent : Bora-Bora, Ra’iatea, Huahine, Maupiti. Ra’iatea est le berceau de la civilisation polynésienne, car selon les légendes, toutes les îles du Pacifique sont nées à partir de Ra’iatea.

Marae : temple à ciel ouvert, construit avec des pierres. Avant l’arrivée des missionnaires protestants, toutes les cérémonies religieuses avaient lieu sur les « marae ».  Il y a 5 classes de « marae », dont l’unique « marae » dit international situé à Ra’iatea, dans commune de ‘Opoa appelé : Le marae TAPUTAPUATEA. Une île « naissait » lorsque son « marae » était bâti à partir d’une pierre issue du marae Taputapuatea. Taputapuatea était LE marae car on y adorait le dieu « ORO », fils du dieu créateur du monde polynésien, Ta’aroa. ‘Oro était le dieu de la Guerre et de la Fécondité. La population le craignait.

« Cette nourriture n’avait cependant pas été étrennée par le roi comme le voulait l’usage » : en effet, il était d’usage que tous les premiers fruits et légumes devaient être consommés en premier par le Roi. 

…………………………

Vous écoutez la version chantée de la légende en tahitien ! m a g n i f i q u e !! j’ai retrouvé ça et je suis trop heureuse : cette version date des années 60 !! il n’y en a pas d’autre !

Publié dans LEGENDES POLYNESIENNES | 3 Commentaires »

1234
 

CLUBFREEDOM ET REVOLVINGTRAVEL |
Sage-femme au Poste de sant... |
Aventure Libanaise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marie à vancouver
| adsvoyages
| Xin Chào Vietnam... Ginett...