• Accueil
  • > Recherche : four polynésien

Résultats de votre recherche

IA ORA NA I TE MATAHITI API 2010 – BONNE ANNEE 2010

Posté par rainbowoman le 31 décembre 2009


heivagutdsc0979250x166.jpg 




E TA’U MAU HOA HERE ITI E 


Mes très chers amis


IA ORA NA I TE MATAHITI ‘API 2010


Bonne Année 2010


IA ‘OA’OA ‘OUTOU I TE ROARA’A


O TEIE MATAHITI ‘API


Que la Joie soit avec vous tout au lond de cette nouvelle année



IA MAITA’I ‘OUTOU


Que vous soyez heureux et en Bonne Santé


E TO ‘OUTOU ‘UTUAFARE


Ainsi que votre foyer



IA ORA NA


fn4yn4cf.gif



TE AROHA IA RAHI



TE ‘APA MAITA’I ATU NEI AU


IA ‘OUTOU PA’ATO’A


Je vous embrasse tous bien fort



JOJO



aute4.gif



rainbowoman.gif


bn21.bmp

 

baa.gif


img0960.jpg  img0959.jpg

 

Voici un Ma’a Tahiti


tfourtahitien331.jpg

 

fruitspolynesiensmall.jpg

 

Avec bien sûr un ptit plongeon dans ma piscine ;) )


lagonmooreapilotis.jpg

 

 

bn3.gif

 

bonneannee2.png

 

 

Publié dans | 38 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Langue tahitienne – Ha’api’ira’a 5 – Le calendrier – TE TARENA

Posté par rainbowoman le 18 octobre 2009

IA ORA NA, MANAVA ‘E MAEVA

logooff1.jpg

HA’API’IRA’A 5

fleurstipaniecat.jpg

 

 

Les Anglais, du fait d’avoir été les premiers a touché l’île de Tahiti, du fait d’avoir été les Premiers Missionnaires à avoir évangéliser les Tahitiens,  beaucoup de mots sont issus de l’anglais … ainsi, par exemple, pour le calendrier, tous les mois de l’année sont la traduction des mois de l’année en anglais.

Les Polynésiens ne possédaient pas de calendrier, comme celui que nous utilisons aujourd’hui, pas un calendrier lunaire utilisé pour la pêche et l’agriculture. Aussi pour traduire le mot « mois« , on a utilisé le mot  » âva’e » qui veut dire : lune.

lunedeclaudejacques955d2878400x298.jpg

TE MAU ÄVA’E  (les mois)

Janvier : january – tenuare (ténouaré)

Février : february – fepuare (fépouaré)

Mars : march – mäti 

Avril : april – eperera

Mai : may –

Juin : june – tiunu

Juillet : july – tiurai (tiourai)

Août : august – ‘atete

Septembre : september – tetepa (tétépa)

Octobre : october – ‘atopa

Novembre : november – novema

Décembre : december – titema

getattachment.jpeg

TE MAU MAHANA-  (les jours)

Lundi : (monday) – monire

Mardi : mahana piti (jour 2)

Mercredi : mahana toru (jour 3)

Jeudi : mahana maha (jour 4)

Vendredi : (friday) – faraire – mahana pae (jour 5)

Samedi : mahana ma’a (jour du repas – les polynésiens préparaient le repas dominical, le samedi … le four tahitien)

Dimanche : Täpati (sabbath)

La semaine : te hepetoma

La date : 

Dimanche 17 octobre 2010

Tapati i te ‘ahuru ma hitu no ‘atopa i te matahiti piti tauatini ‘e ‘ahuru

(Dimanche le 17 de octobre de l’année 2010)

******************************

FA’AITOITO

**

TE AROHA IA RAHI

Publié dans | 2 Commentaires »

Le po’e / Te po’e

Posté par rainbowoman le 29 septembre 2009

IA ORA NA, MANAVA E MAEVA

logooff.jpg

Le « po’e » peut être un plat de résistance ou un dessert, c’est selon… Moi, je mange le po’e pendant le repas …

Le « po’e » serait comparable à un flan.

C’est un plat à base de fruit. Vous pouvez utilisez tous les fruits … de préférence … exotiques, tels que la banane, la papaye, le potiron, la goyave etc …

 

img0332.jpg

Po’e mautini (potiron) et po’e bananes

 

Je rappelle que chez le Polynésien il n’y a pas de « doses », c’est toujours selon le nombre de personnes à table :) )))

Ingrédients :

Bananes

Amidon

Lait de coco

Temps de cuisson : 30 min

Préparation

Pelez  les bananes puis bien les écrasez (opération que l’on peut faire à la main ou avec un mixeur)

C’est très simple : 2 bols de fruits pour 1 bol d’amidon.

Mélangez  le tout.

Huilez un plat allant au four (sauf si vous utilisez Tefal « le plat qui ne colle pas « ) – et versez votre préparation.

Mettre au four 30minà 170°.

Comme pour un gâteau, vous piquez votre pâte avec un couteau, si rien ne s’y colle alors : c’est cuit.

Sortir du four et attendre 10 min.

Pendant la cuisson, vous aurez préparé votre lait de coco :

img0323.jpg  img0325.jpg

 

Versez votre lait de coco dans un saladier ou votre plat de présentation, vous y ajouterez 1 petite cuillère de sucre. Vous découperez votre « flan » avec une petite cuillère. 

Et servez.

TAMA’A MAITA’I

img0332.jpg

 

Publié dans | 7 Commentaires »

La cuisine tahitienne

Posté par rainbowoman le 16 septembre 2009

Ia ora na, Maeva ‘e Manava ia ‘oe 

 

Le Polynésiens était chasseur, pêcheur et cueilleur. Il  ne cueillait et ne chassait que ce dont il avait besoin (normal, pas de réfrigérateur ni congélateur) … mais toujours en respectant le cycle de la Nature : les Anciens Polynésiens n’avaient nullement besoin de leçon sur la préservation de l’environnement. Ils avaient tout à  sa dispositon, donc, il se levait et allait chercher ce dont ils avaient envie. Tout appartenait à tout le monde ! Ce n’est qu’à l’arrivée des Européens que cette tradition va changer, car « par souci » de protection, ils se mûraient chez eux, ont introduit les clôtures … c’est comme cela, que le Polynésien va  » s’approprier  » tout ce qui l’entoure et provoquer des tensions dans les familles, encore aujourd’hui … Presque toutes les terres sont en indivisions et malheureusement cela se règle devant un juge ^^! Quelle tristesse !! Bref, c’est pas vraiment le propos dans cet article … on parle  CUISINE !!!

 

LE FOUR TRADITIONNEL : TE AHIMA’A

Cette tradition réunissait toute la famille qui se retrouvait autour des « matahiapo », les anciens, les grands-parents …. c’était un moment de partage intense, pleins de rire, de joies et surtout les anecdotes historiques racontées par les vieux … 

 

Voici le plan d’un four tahitien : 

fourpolynesienschema.jpg             aak000.jpg

wp2e4c064f.png     wp98ae3741.png

tfourtahitien331.jpg Voici une belle assiette de MA’A TAHITI :) )) miam miam ! Il y a du poisson cru, du ‘uru (fruit de l’arbre à pain), de la patate douce, de l’igname, du cochon  et du poisson rôti, au-dessus de l’assiette, un coco …  On accompagne tous ces mets avec du lait de coco ou du « MITIHUE » (préparation faite à base de noix de coco fermenté avec quelques têtes de crevettes) et sans oublier notre « FAFARU » sans quoi le Ma’a Tahiti ne serait pas complet !!!

Le « FAFARU » (fafarou) dégae une très forte odeur et vous faire rebrousser chemin :) )) c’est de l’eau de mer dans laquelle on fait macérer du poisson … pendant 1 mois c’est  pas mal !! ensuite on filtre l’eau … avant un repas, on découpe des tranches de thon et on les trempe dans ce « jus » exceptionnel !! Généralement, on sert le « fafaru » dans une « soucpière » avec un couvercle « s’il vous plaît » !! on bon FAFARU fera fondre à souhait le poisson cru :) ))

 

fruitspolynesiensmall.jpg                wp080e0b8b1b.jpg

Un beau stand de fruits et légumes locaux      Du « Fe’i » bananes consommables uniquement cuites  

 

 

wp14638cc01b.jpg                 fruitarbreapain.jpg  

Du « TARO » (tubercule)      Du  » URU » cuit (fruit de l’arbre à pain ») 

 

 

 

Le ma’a Tahiti, extraits vidéos de « Si Tahiti m’étais contéé « 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans | 13 Commentaires »

La légende de l’arbre à pain

Posté par rainbowoman le 21 avril 2009

 

La légende de l’arbre à pain (Te ‘a’ai ‘o te tumu ‘uru)

Nomar9657arbeapain.jpghoari’i était le roi [à cette époque-là]

Le père du « uru » s’appelle Ruata’ata.

Il était originaire de Ra’iatea. Son « marae » est « Toapuhi ». Son épouse, Rumauarii. Son « marae » se nomme « Ahunoa ».

Leurs quatre enfants naquirent.

Vint une époque où le pays fut touché par la famine. On ne mangeait plus que de la terre rouge. Ruataata et sa femme eurent pitié de leurs enfants qui mourraient de faim. Alors ils les prirentet les emmenèrent à l’intérieur des terres, dans une petite grotte où ils demeurèrent et mangèrent des fougères.

Un soir, Ruataata annonça à sa femme :

« Rumauarii ! Demain, lorsque tu te réveilleras , tu sortiras [de la grotte] , tu regarderas mes mains, ce seront des feuilles de « uru« , tu regarderas le tronc et la fourche de l’arbre, ce seront mon corps et mes jambes, tu regarderas les fruits ronds, ce sera du « uru », issu de ma tête. Et le coeur du fruit, ce sera ma langue. Tu le prendras et le cuiras. Tu le pèleras, tu le battras pour rendre la chair compacte, tu retireras le coeur, tu nourriras nos enfants jusqu’à ce qu’ils soient bien repus ».

Ruataata sortit. Son épouse demeura perplexe dans la grotte auprès des enfants.

Au petit jour, la femme se leva, sortit, leva les yeux et vit que l’endroit était tout ombragé par un bel arbre.

Tout ce que son mari avait annoncé était là et des « uru » mûrs étaient tombés au pied de l’arbre.

Depuis ce jour, cette petite vallée reçut le nom de Tuauru. La femme comprit alors le sens des paroles de son mari. Avec chagrin, elle prit délicatement ces fruits, les cuisit au feu de bois, et lorsqu’ils furent à point, elle les porta au bord de la rivière et suivit les instructions données par son mari. Elle nourrit ses enfants et en mangea elle-même.

Cette nourriture n’avait cependant pas été étrennée par le roi comme le voulait l’usage.

Un jour, les serviteurs du roi partirent à l’intérieur des terres dans ce fond de la vallée pour pêcher l’anguille, la chevrette et le goujon. Ils virent alors le coeur et la peau du « uru » qui avaient dérivé dans les flots. Ils les pêchèrent et mangèrent les restes de chair qui étaient dessus. Ils dirent :

- »C’est une nourriture délicieuse ! Mais d’où provient-elle ? »

Ils cherchèrent alors où se trouvait cette nourriture, remontèrent tout au fond de la vallée, parvinrent dans cette gorge, et là, le port majestueux de ce « uru » leur apparut.

La femme se tenait à côté. Ils lui demandèrent :

« - Quel est cet arbre ? »

La femme répondit :

« - C’est du « uru ». « 

« -Où te l’es-tu procuré ? »

« - Ceci vient de mon époux, Ruataata qui s’est transformé en « uru » à cause des pleurs de nos enfants privés de nourriture en cette époque de disette. »

urufruit.jpg        fruitarbreapain.jpg

L’arbre à pain et ses fruits                                                       Un  » ‘uru  » cuit

fml3nmt1.giffml3nmt1.gif

Ruataata : [rouata?ata] . Il faut décomposer le mot – Rua : deux – ta’ata : personne.

Nohoarii : noho : demeurer, rester – arii : roi .

Ra’iatea : ancien nom : « HavaikiNui » – Ra’iatea est une des îles de l’archipel de la Société. Cet archipel se divise en deux groupes d’îles : les îles du Vent dont fait partie Tahiti et Moorea, et les îles Sous-le Vent : Bora-Bora, Ra’iatea, Huahine, Maupiti. Ra’iatea est le berceau de la civilisation polynésienne, car selon les légendes, toutes les îles du Pacifique sont nées à partir de Ra’iatea.

Marae : temple à ciel ouvert, construit avec des pierres. Avant l’arrivée des missionnaires protestants, toutes les cérémonies religieuses avaient lieu sur les « marae ».  Il y a 5 classes de « marae », dont l’unique « marae » dit international situé à Ra’iatea, dans commune de ‘Opoa appelé : Le marae TAPUTAPUATEA. Une île « naissait » lorsque son « marae » était bâti à partir d’une pierre issue du marae Taputapuatea. Taputapuatea était LE marae car on y adorait le dieu « ORO », fils du dieu créateur du monde polynésien, Ta’aroa. ‘Oro était le dieu de la Guerre et de la Fécondité. La population le craignait.

« Cette nourriture n’avait cependant pas été étrennée par le roi comme le voulait l’usage » : en effet, il était d’usage que tous les premiers fruits et légumes devaient être consommés en premier par le Roi. 

…………………………

Vous écoutez la version chantée de la légende en tahitien ! m a g n i f i q u e !! j’ai retrouvé ça et je suis trop heureuse : cette version date des années 60 !! il n’y en a pas d’autre !

Publié dans LEGENDES POLYNESIENNES | 3 Commentaires »

 

CLUBFREEDOM ET REVOLVINGTRAVEL |
Sage-femme au Poste de sant... |
Aventure Libanaise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marie à vancouver
| adsvoyages
| Xin Chào Vietnam... Ginett...