Résultats de votre recherche

Dimanche 6 décembre 2009

Posté par rainbowoman le 8 décembre 2009

 

Ia ora na, Manava ‘e Maeva


Concours HURA TAPAIRU 5ème édition remportée par O MARAMA , groupe de danse traditionnelle de Bora-Bora

 

Encore une fois, tout s’est joué à la dernière minute, pour connaître le nom du grand gagnant de la cinquième édition du concours du Hura Tapairu. Initialement conçu pour permettre à de petites formations de participer à un véritable concours de danse traditionnelle, le Hura Tapairu se démarque par son règlement, comme le confirme Heremoana Maamaatuaiahutapu, directeur de la Maison de la Culture à Papeete : ‘’Il est demandé aux troupes de se présenter sur une configuration identique. Soit quinze à vingt danseurs minimum en Otea et Aparima, et dix à vingt pour la catégorie Hula, accompagnés par six musiciens et trois chanteurs maximum. La durée de chaque prestation est limitée à quinze minutes pour les Otea et Aparima. La catégorie Hula, quant à elle, ne doit pas excéder huit minutes, avec des reprises de chant autorisées, si celles-ci sont en langue tahitienne. Enfin, les concours individuels, Ori Tahiti Vahine et Tane, consistent à illustrer des danses traditionnelles se situant entre les années 1930 et 1950.’’


huratapairu5manuiatatemauri.jpg   huratapairu5jfmairau.jpg

 

huratapairuraivaihitiborabora1.jpg  huratapairu5omarama.jpg

 

 

Election Mister France 2010, c’est chez nouuuuuuuuuuusss !! ;) ))


Les douze prétendants au titre de Mister France 2010 sont arrivés samedi soir à Tahiti où se déroulera, le 12 décembre prochain, la soirée d’élection. Entre-temps, les jeunes apollons s’envoleront pour Bora-Bora, où sera tourné « la partie documentaire réalité », un programme qui sera diffusé sur la chaîne de la TNT NRJ 12.


misterfrance2010.jpg

 

 

 

 

 

Greenpeace veut freiner la pêche au thon dans le Pacifique

 

A la veille de l’ouverture du Western and Central Pacific Fisheries Commission (WCPFC), qui se déroulera du 7 au 11 décembre à Tahiti, l’association Greenpeace lance un appel aux pays membres de l’organisation pour réduire la pêche aux thons dans le Pacifique. Un océan qui, pour l’association, est aujourd’hui l’objet de toutes les convoitises de la part des grosses flottilles de pèche.

Les représentants des 32 pays du WCPFC, tous des états pécheurs de la région Pacifique, se pencheront comme chaque année sur la gestion des stocks de poissons et notamment des thons, aujourd’hui très convoités.

Le thon, étant rare en Méditérrannée et dans l’Atlantique, pousse les grandes flotilles dans les eaux du Pacifique … L’association demande la fermeture définitive de 4 zones de pêche afin de baisser de 50% les prises de thon…

greenpeacethon.jpg

Lagi Toribau, Chef d’équipe des campagnes océan pour le Pacifique au sein de Greenpeace 

aux côtés de représentants d’associations polynésiennes.


Photos : Tahitipresse.pf

 

Publié dans TAHITI au fil des jours | 8 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Pause Week-end

Posté par rainbowoman le 28 novembre 2009

IA MAITA’I ‘OUTOU I TE ROARA’A O TEIE HOPE’A HEPETOMA

(Passez un bon Week-end)

Je file en face, à Moorea pour un vikend de lézardage … trop trop besoin de rayons du soleil pour me régénérer après cette semaine de folie :) ))


Biiiiiiiiiisous à Tous !


Un bisous tout particulier à Mona … 

Sans oublier notre Zelf :) )


Voici quelques photos, juste histoire de vous montrer où je serai en cas d’urgence   :)))


Pas d’inquiétude, je vous mettrai des photos



aremiti5.jpgtborabora.jpg


lagonmooreapilotis.jpg

Voilà, et hop, dans ma piscine :) ))



 

Publié dans Liens | 3 Commentaires »

BORA-BORA / PORAPORA

Posté par rainbowoman le 23 septembre 2009

borabora3331.jpg

BORA BORA dans toute sa splendeur

ilesduvent.jpg

L’archipel des îles de la Société

tborabora1.jpg

Bora Bora fait partie du groupe d’îles dites  « Les îles sous le vents » ou « Raromata’i » et qui appartient à l’archipel des Iles de la Société

bormap.jpg

Bora-Bora est connu de par le Monde grâce aux Américains présents lors de la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que les fims mettant en avant le lagon magnifique de l’île.. Mais, dans d’autres îles, leur lagon est tout aussi beau.

Bref ! Bora est l’île des hôtels et du Tourisme. 

boraborapearl2.jpgbora4.jpgbora8.jpg

motutanedepevictorbig1.jpg

Le « motu » de Paul Emile VICTOR (qui a été vendu aujourd’hui)

motutapu2bora1.jpegboraboraclubmed2600x400.jpg

Le « Motu Tapu » beaucoup de souvenirs d’enfance. C’est là que j’ai découvert pour la première fois le nudisme  ^^  ! :) ))

Le « motu » était loué au Club Med qui déposait là ces nudistes !! Avec mon grand-frère, on était pété de rire !!!

  

LA PRESENCE AMERICAINE A BORABORA PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Au lendemain de la destruction de Pearl Harbour, le 7 décembre 1941, les Américains décidèrent d’installer une base de ravitaillement militaire à Porapora. L’implantation dénommée BOBCAT eut lieu le 17 février 1942. Ce jour-là, 4628 soldats et officiers débarquèrent sur l’île au grand étonnement des 1200 habitants. L’armée américaine entreprit de gigantesques travaux, adduction d’eau, construction de routes, de quais et elle réalisa sur le motu une piste d’attérissage pour bombardiers qui fut le premier aérodrome de nos îles. Le 2 juin 1946, après quatre années d’occupation placées sous le signe de l’abondance, la base est fermée. La présence américaine propulsera l’image de Porapora.

borausa.jpg                               borausa2.jpg

 

Les Américains construiront des infrastructures encore existantes mais surtout utilisées  comme le QUAI et l’AEROPORT (sur un motu)

quaidebora.jpg         Le quai construit par les américains.                  

   aroportbora.jpeg L’aéroport de BoraBora . Il a la particularité d’être sur un « motu »,  le Motu Mute, qui a vu son premier atterrissage le 17 mars 1943.. Pour y aller, il faut prendre une navette, quelque soit le temps ! Lorsque les américains achevèrent l’aéroport, ils offrirent à la population de l’île la  visite d’un avion …Moment d’émotion et de crainte car mis à part les oiseaux, rien ne pouvait voler :) ))

avionbora245.jpg                                avionbora45.jpg

Le KINGFISHER OS2U devenu par la suite le VS310. Cet hydravion était utilisé par les américains pour effectuer des vols de reconnaissance.

Sites et  film traitant de la présence américaine à BoraBora

http://www.tahitisouvenirs.com/BOBCATFR.html

 (site sur lequel j’ai trouvé ces photos N/B)

http://www.ica.pf/articles.php?id=918

(émissioin où Mr Francis SANFORD raconte la cohabitation polynésienne/américainne, avec des séquences filmées par les américains.

BORABORA ET LE CINEMA

Tabu : Film de Murnau, tourné en 1931

Dans l’île de Bora-Bora, un jeune pêcheur de perles, Matahi, et une merveilleuse jeune fille, Reri, tombent amoureux. Mais au vu de sa grande beauté, Hitu, le sorcier l’a choisie comme prêtresse sacrée. Elle doit donc selon la tradition, rester vierge et il la déclare tabou. Rien n’y fait, les deux amants décident de s’échapper, ils fuient, poursuivis par Hitu…

The Hurricane : Film américain réalisé par John Ford, sorti en 1937.

Une petite île du Pacifique. Deux indigènes Marama et Terangi se marient. Lors d’une escale à Tahiti, Terangi frappe un homme blanc qui l’insulte et est condamné à six mois de prison. Il tente de s’echapper par deux fois et est condamné à 16 ans de prison. Une troisième évasion sera la bonne. Un terrible ouragan ravage la petite île où il s’est réfugié. Terangi se porte au secours de la population…

Couples retreat : avec Jean Reno et Vince Vaughn  à Bora Bora (2009)

110820082100377030376104100400x265.jpg

Voici l’ article : http://www.tahitipresse.pf/2008/11/jean-reno-et-vince-vaughn-tournent-couples-retreat-bora-bora/

Il y en a encore beaucoup d’autres …

Reportage sur l’utilisation de l’eau des profondeurs pour la climatisation à BoraBora

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Les îles de la Société | 3 Commentaires »

HEIVA à Tahiti, Concours de chants

Posté par rainbowoman le 6 juin 2009

 Il y a plusieurs catégories de chants (himene – himéné).

Pour apprécier la  différence entre les types de chants, observez l’attitude des chanteurs et le rythme. Un « himene » peut comporter 4 ou 5 couplets qui sont répéter au moins 3 fois.

 J’ai un ptit faible pour les Himene Ru’au.

Tarava : allonger. Nous aimons « tarava » après le repas, histoire de digérer ! lorsque l’on se retrouve entre amis ou en famille, on « tarava » pour papoter. Tarava, c’est surtout le repos après l’effort.

Ru’au : veut dire Ancien. La grand-mère est la « mama ru’au », le grand-père, le « papa ru’au » etc … Le rythme est très lent.

Raromata’i : sous le vent. C’est ainsi que les îles sous le vent sont appelées. L’archipel des Iles de la Société regroupe 2 groupes d’îles, les Iles du Vent (Ni’a mata’i) dont Tahiti, Moorea-Maiao et les Iles Sous le Vent (Raromata’i) dont Raiatea, Huahine, Maupiti et Bora Bora. Ici, c’est une manière propre aux gens de Raromata’i, que le chant doit être interprété.

‘Ute ‘arearea : chanson comique, moqueuse. Le conteur raconte une histoire en chantant.  Les sujets sont divers, mais ceux qui plaisent le plus, sont les histoire de couple !

 Tuki : contrairement aux autres types de chants, le Tuki est plus entrainant, rythmé et les hommes dansent.

Himene Tarava

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Himene ru’au

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Himene Tarava Raromata’i

Image de prévisualisation YouTube

 

 

‘Ute ‘arearea

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Tuki

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans TRADITIONS POLYNESIENNES | Pas de Commentaires »

La légende de l’arbre à pain

Posté par rainbowoman le 21 avril 2009

 

La légende de l’arbre à pain (Te ‘a’ai ‘o te tumu ‘uru)

Nomar9657arbeapain.jpghoari’i était le roi [à cette époque-là]

Le père du « uru » s’appelle Ruata’ata.

Il était originaire de Ra’iatea. Son « marae » est « Toapuhi ». Son épouse, Rumauarii. Son « marae » se nomme « Ahunoa ».

Leurs quatre enfants naquirent.

Vint une époque où le pays fut touché par la famine. On ne mangeait plus que de la terre rouge. Ruataata et sa femme eurent pitié de leurs enfants qui mourraient de faim. Alors ils les prirentet les emmenèrent à l’intérieur des terres, dans une petite grotte où ils demeurèrent et mangèrent des fougères.

Un soir, Ruataata annonça à sa femme :

« Rumauarii ! Demain, lorsque tu te réveilleras , tu sortiras [de la grotte] , tu regarderas mes mains, ce seront des feuilles de « uru« , tu regarderas le tronc et la fourche de l’arbre, ce seront mon corps et mes jambes, tu regarderas les fruits ronds, ce sera du « uru », issu de ma tête. Et le coeur du fruit, ce sera ma langue. Tu le prendras et le cuiras. Tu le pèleras, tu le battras pour rendre la chair compacte, tu retireras le coeur, tu nourriras nos enfants jusqu’à ce qu’ils soient bien repus ».

Ruataata sortit. Son épouse demeura perplexe dans la grotte auprès des enfants.

Au petit jour, la femme se leva, sortit, leva les yeux et vit que l’endroit était tout ombragé par un bel arbre.

Tout ce que son mari avait annoncé était là et des « uru » mûrs étaient tombés au pied de l’arbre.

Depuis ce jour, cette petite vallée reçut le nom de Tuauru. La femme comprit alors le sens des paroles de son mari. Avec chagrin, elle prit délicatement ces fruits, les cuisit au feu de bois, et lorsqu’ils furent à point, elle les porta au bord de la rivière et suivit les instructions données par son mari. Elle nourrit ses enfants et en mangea elle-même.

Cette nourriture n’avait cependant pas été étrennée par le roi comme le voulait l’usage.

Un jour, les serviteurs du roi partirent à l’intérieur des terres dans ce fond de la vallée pour pêcher l’anguille, la chevrette et le goujon. Ils virent alors le coeur et la peau du « uru » qui avaient dérivé dans les flots. Ils les pêchèrent et mangèrent les restes de chair qui étaient dessus. Ils dirent :

- »C’est une nourriture délicieuse ! Mais d’où provient-elle ? »

Ils cherchèrent alors où se trouvait cette nourriture, remontèrent tout au fond de la vallée, parvinrent dans cette gorge, et là, le port majestueux de ce « uru » leur apparut.

La femme se tenait à côté. Ils lui demandèrent :

« - Quel est cet arbre ? »

La femme répondit :

« - C’est du « uru ». « 

« -Où te l’es-tu procuré ? »

« - Ceci vient de mon époux, Ruataata qui s’est transformé en « uru » à cause des pleurs de nos enfants privés de nourriture en cette époque de disette. »

urufruit.jpg        fruitarbreapain.jpg

L’arbre à pain et ses fruits                                                       Un  » ‘uru  » cuit

fml3nmt1.giffml3nmt1.gif

Ruataata : [rouata?ata] . Il faut décomposer le mot – Rua : deux – ta’ata : personne.

Nohoarii : noho : demeurer, rester – arii : roi .

Ra’iatea : ancien nom : « HavaikiNui » – Ra’iatea est une des îles de l’archipel de la Société. Cet archipel se divise en deux groupes d’îles : les îles du Vent dont fait partie Tahiti et Moorea, et les îles Sous-le Vent : Bora-Bora, Ra’iatea, Huahine, Maupiti. Ra’iatea est le berceau de la civilisation polynésienne, car selon les légendes, toutes les îles du Pacifique sont nées à partir de Ra’iatea.

Marae : temple à ciel ouvert, construit avec des pierres. Avant l’arrivée des missionnaires protestants, toutes les cérémonies religieuses avaient lieu sur les « marae ».  Il y a 5 classes de « marae », dont l’unique « marae » dit international situé à Ra’iatea, dans commune de ‘Opoa appelé : Le marae TAPUTAPUATEA. Une île « naissait » lorsque son « marae » était bâti à partir d’une pierre issue du marae Taputapuatea. Taputapuatea était LE marae car on y adorait le dieu « ORO », fils du dieu créateur du monde polynésien, Ta’aroa. ‘Oro était le dieu de la Guerre et de la Fécondité. La population le craignait.

« Cette nourriture n’avait cependant pas été étrennée par le roi comme le voulait l’usage » : en effet, il était d’usage que tous les premiers fruits et légumes devaient être consommés en premier par le Roi. 

…………………………

Vous écoutez la version chantée de la légende en tahitien ! m a g n i f i q u e !! j’ai retrouvé ça et je suis trop heureuse : cette version date des années 60 !! il n’y en a pas d’autre !

Publié dans LEGENDES POLYNESIENNES | 3 Commentaires »

12
 

CLUBFREEDOM ET REVOLVINGTRAVEL |
Sage-femme au Poste de sant... |
Aventure Libanaise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marie à vancouver
| adsvoyages
| Xin Chào Vietnam... Ginett...