• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 17 septembre 2009

Tiare Tahiti

Posté par rainbowoman le 17 septembre 2009

tiare5small1.jpgtiare5small1.jpgtiare5small1.jpgtiare5small1.jpgtiare5small1.jpg

 

La Tiare Tahiti est l’emblème de Tahiti et pour cause, elle porte son nom. Pour les grandes occasions, on offre des couronnes de Tiare

Tahiti et lorsque vous viendrez à Tahiti, ce sera la première chose qui vous sera offerte à votre arrivée :) ) ! images20.jpeg

La Tiare Tahiti se porte également à l’oreille et rend la femme encore plus belle, les hommes aussi la porte mais en bouton, comme sur

l’image, mais un peu plus ouverte. Porter la Tiare Tahiti à l’oreille droite indique que vous êtes célibataire, et à gauche, que vous êtes

pris … enfin, c’est soi-disant la coutume … moi, je la porte à droite, car elle ne tient pas sur mon oreille gauche …:))) 

La Tiare Tahiti parfume les « mono’i ».

Voici quelques photos qui vous montrent toutes les différentes couronnes faites avec des Tiare Tahiti.

 

Ce don des dieux au peuple polynesien

Dans son ouvrage, la fleur polynésienne et la légende, Charles Teriiteanuanua Manu-Tahi se fait l’écho d’une légende racontant le don de

la Tiare Tahiti aux hommes par les dieux du panthéon polynésien. Si l’on en croit cette légende, la Tiare Tahiti est une création conjointe

d’Atea, dieu créateur de l’espace et du temps et de Tane*, dieu de la beauté.


Mais cette fleur superbe était si belle qu’elle devint « un sujet de dispute et de convoitise dans le dixième ciel ». Ayant eu vent de cela,

Ta’aroa, le dieu suprême et créateur de toute chose demanda à voir cette plante. Il s’écria alors : « Tu es la plus belle créature de ma

création » ajoutant, « je te bénis entre toutes mes créatures et tu seras la reine de toutes. »


Atea décida ensuite de confier sa création à la reine des sirènes Mihia I Te Tai qui résidait dans les régions sous marines. Elle accepta

d’être la mère de ce que lui apportait le dieu Atea. Ce dernier lui donna alors le nom de sa création : Te Aho Purotu. Ce qui signifie « le

souffle de la beauté. » Puis après avoir constaté que la chose avait germé, Atea pensa qu’il était temps de lui redonner sa liberté et de

la libérer du corps de Mihia. Il déclara alors : « Aujourd’hui cette chose est devenue une plante mais l’esprit des dieux restera en elle.

Les quatre premiers bourgeons appartiendront aux dieux et les six autres fleurs seront pour les hommes. » Et il en fut ainsi. Puis il

conclut : « Maintenant qu’elle est dans la terre, elle ne portera plus le nom de Te Aho Purotu mais elle portera désormais le nom de Te

Tiare a te nunaa mao’hi. »

Publié dans FAUNE ET FLORE, TRADITIONS POLYNESIENNES | 1 Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Le coprah – Te puha … Te mono’i

Posté par rainbowoman le 17 septembre 2009

Voici le matériel nécessaire : p1010030.jpg

 

1ère étape : rassembler les cocos :  coprah2.jpg

 

2è étape : fendre les noix :  p1060858.jpg  p1060976.jpg

 

 3ètape : sécher les noix fendues : coprah.jpg

 

 

4è étape : retirer la noix à l’aide du « pita’a » :  coprah51215060988.jpg  copra2h.jpg

 

5è étape : le séchage : omoacoprah.jpg

 

6è étape : mettre en sac : taipivai1.jpg

 

7 è étape : peser les sacs : rscopim3.jpg  étape très attendue, car c’est le jour de paye :) ))

8è étape : transport à Papeete 294coprah.jpg Certaines îles n’ont pas de quai, donc le bateau mouille au large et c’est une baleinière qui fait la navette entre la Terre et le navire.  Tous ces sacs iront à l’Huilerie de Tahiti.

9è étape : l’Huilerie de Tahiti : coco400.jpg

 

10è étape : 1b9112.jpg

 

Dans les familles polynésiennes, se sont souvent les « mamies » qui font le mono’i.

Le coco est râpé, mis dans une bassine puis exposé au soleil. Cette étape peut prendre des semaines, cela dépend du temps. Tous les soirs, on couvre la bassine d’un tissus, pour éviter toute intrusion de bestioles. Au fur et à mesure, on ajoute des fleurs de Tiare Tahiti, qui donnera son parfum au mono’i.

 cocotiernoixdecoco01.jpg  tiaredanslemonoim.jpg

L’utilisation du MONO’I

On l’utilise pour :

- le soin des cheveux

- le massage

- le bronzage :) )

- le bain d’un nouveau-né : on verse une petite cuillère de mono’i dans son bain (bien tenir bébé, car c’est de l’huile… ça glisse)

Si on attrape un coup de froid, on chauffe le mono’i dans une petite cuillère que l’on verse ensuite sur le nombril et l’on commence un massage circulaire. 

La fabrication du mono’i en chanson avec Maruia  » Hei tiare »

http://www.dailymotion.com/video/x7m1aw

 

 

 

 

 

Publié dans LA VIE DANS LES ILES | 1 Commentaire »

 

CLUBFREEDOM ET REVOLVINGTRAVEL |
Sage-femme au Poste de sant... |
Aventure Libanaise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marie à vancouver
| adsvoyages
| Xin Chào Vietnam... Ginett...