Manureva teie

Posté par rainbowoman le 25 avril 2009

Manureva teie                                            Voilà l’avion

E rere atu nei                                             Qui s’envole

Afa’i atu i to ‘oe tino e ta’u i Here               Et qui t’emmène mon Amour

Na te ara                                                     A travers le monde

Vaiiho mai ‘oe ia’u                                         Tu me laisses là

I roto i te mauiui                                           Avec ma douleur

Ua puru roa to’u rima                                     Mes mains sont remplies

I te roimata no te ta’i e                                  De larmes de douleur

Ho’i mai, ho’i mai                                         Reviens, reviens

Te mihi nei au                                              Tu me manques

Ia feruri au ia ‘oe                                        Lorsque je pense à toi                                                       

Ho’i mai ho’i mai                                           Reviens reviens

Te mihi nei au                                               Je pense à toi

Ia hamana’o vau ia ‘oe                                   Lorsque ton souvenir me reviens

I te mau po ato’a                                                 Toutes les nuits

Ni’a iho ia ‘u ro’i e                                               Sur mon lit

Na roto i ta’u ta’otora’a                                       Dans mon sommeil

Moemoeahia ia ‘oe                                                 Je rêve de toi

Ho’i mai ho’i mai                                                          

Te mihi nei au

Ia feruri au ia ‘oe

Ho’i mai ho’i mai

Te mihi nei au

Ia hamana’o vau ia ‘oe

Manureva teie

E rere atu nei

Afa’i atu to ‘oe tino

E ta’u Here na te ara

Vaiiho mai ‘oe ia ‘u

I roto i te mauiui

Ua puru roa to’u rima

I te ro’imata ‘o te ta’i e.

Chanson composée et interprétée par Angelo NEUFFER

http://www.wat.tv/audio/angelo-neuffer-manureva-teie-d5d6_csrd_.html

Publié dans CHANSONS POLYNESIENNES | Pas de Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

TABU

Posté par rainbowoman le 23 avril 2009

Image de prévisualisation YouTube

tabou2.jpgTABU

 (Cliquez sur le lien, où vous entendrez la chanson) http://www.youtube.com/watch?v=bGQhli5UMjk

 Tabu                                                          Tabu

‘A’amu aroha e                                           C’est une histoire triste

Te ‘oto nei o Revi                                       Reri pleure (Reri est une jeune fille amoureuse de Matahi, mais promise à un Chef – Matahi et elles décident de s’enfuir et de braver les Lois Sacrées)

I Matahi e                                                   Matahi

Tabu                                                            Tabu

Ohipa pe’ape’a roa                                     C’est une affaire très délicate

E here o tei ‘ore e ti’a                                 D’un amour impossible (qui n’est pas admis)

Nui  tupuna                                                 Des ancêtres

Teie parau Tapu                                        Vient ce mot tapu

Tabu                                                            Tabu

Ua tu i te ro’o                                              Est devenu célèbre

No reira ua mure te pahu                         C’est pourquoi les tambours se sont tus

Tabu                                                             Tabu

A muri noa atu                                            Toujours et à jamais

 

 

Publié dans CHANSONS POLYNESIENNES | Pas de Commentaire »

La légende de l’arbre à pain

Posté par rainbowoman le 21 avril 2009

 

La légende de l’arbre à pain (Te ‘a’ai ‘o te tumu ‘uru)

Nomar9657arbeapain.jpghoari’i était le roi [à cette époque-là]

Le père du « uru » s’appelle Ruata’ata.

Il était originaire de Ra’iatea. Son « marae » est « Toapuhi ». Son épouse, Rumauarii. Son « marae » se nomme « Ahunoa ».

Leurs quatre enfants naquirent.

Vint une époque où le pays fut touché par la famine. On ne mangeait plus que de la terre rouge. Ruataata et sa femme eurent pitié de leurs enfants qui mourraient de faim. Alors ils les prirentet les emmenèrent à l’intérieur des terres, dans une petite grotte où ils demeurèrent et mangèrent des fougères.

Un soir, Ruataata annonça à sa femme :

« Rumauarii ! Demain, lorsque tu te réveilleras , tu sortiras [de la grotte] , tu regarderas mes mains, ce seront des feuilles de « uru« , tu regarderas le tronc et la fourche de l’arbre, ce seront mon corps et mes jambes, tu regarderas les fruits ronds, ce sera du « uru », issu de ma tête. Et le coeur du fruit, ce sera ma langue. Tu le prendras et le cuiras. Tu le pèleras, tu le battras pour rendre la chair compacte, tu retireras le coeur, tu nourriras nos enfants jusqu’à ce qu’ils soient bien repus ».

Ruataata sortit. Son épouse demeura perplexe dans la grotte auprès des enfants.

Au petit jour, la femme se leva, sortit, leva les yeux et vit que l’endroit était tout ombragé par un bel arbre.

Tout ce que son mari avait annoncé était là et des « uru » mûrs étaient tombés au pied de l’arbre.

Depuis ce jour, cette petite vallée reçut le nom de Tuauru. La femme comprit alors le sens des paroles de son mari. Avec chagrin, elle prit délicatement ces fruits, les cuisit au feu de bois, et lorsqu’ils furent à point, elle les porta au bord de la rivière et suivit les instructions données par son mari. Elle nourrit ses enfants et en mangea elle-même.

Cette nourriture n’avait cependant pas été étrennée par le roi comme le voulait l’usage.

Un jour, les serviteurs du roi partirent à l’intérieur des terres dans ce fond de la vallée pour pêcher l’anguille, la chevrette et le goujon. Ils virent alors le coeur et la peau du « uru » qui avaient dérivé dans les flots. Ils les pêchèrent et mangèrent les restes de chair qui étaient dessus. Ils dirent :

- »C’est une nourriture délicieuse ! Mais d’où provient-elle ? »

Ils cherchèrent alors où se trouvait cette nourriture, remontèrent tout au fond de la vallée, parvinrent dans cette gorge, et là, le port majestueux de ce « uru » leur apparut.

La femme se tenait à côté. Ils lui demandèrent :

« - Quel est cet arbre ? »

La femme répondit :

« - C’est du « uru ». « 

« -Où te l’es-tu procuré ? »

« - Ceci vient de mon époux, Ruataata qui s’est transformé en « uru » à cause des pleurs de nos enfants privés de nourriture en cette époque de disette. »

urufruit.jpg        fruitarbreapain.jpg

L’arbre à pain et ses fruits                                                       Un  » ‘uru  » cuit

fml3nmt1.giffml3nmt1.gif

Ruataata : [rouata?ata] . Il faut décomposer le mot – Rua : deux – ta’ata : personne.

Nohoarii : noho : demeurer, rester – arii : roi .

Ra’iatea : ancien nom : « HavaikiNui » – Ra’iatea est une des îles de l’archipel de la Société. Cet archipel se divise en deux groupes d’îles : les îles du Vent dont fait partie Tahiti et Moorea, et les îles Sous-le Vent : Bora-Bora, Ra’iatea, Huahine, Maupiti. Ra’iatea est le berceau de la civilisation polynésienne, car selon les légendes, toutes les îles du Pacifique sont nées à partir de Ra’iatea.

Marae : temple à ciel ouvert, construit avec des pierres. Avant l’arrivée des missionnaires protestants, toutes les cérémonies religieuses avaient lieu sur les « marae ».  Il y a 5 classes de « marae », dont l’unique « marae » dit international situé à Ra’iatea, dans commune de ‘Opoa appelé : Le marae TAPUTAPUATEA. Une île « naissait » lorsque son « marae » était bâti à partir d’une pierre issue du marae Taputapuatea. Taputapuatea était LE marae car on y adorait le dieu « ORO », fils du dieu créateur du monde polynésien, Ta’aroa. ‘Oro était le dieu de la Guerre et de la Fécondité. La population le craignait.

« Cette nourriture n’avait cependant pas été étrennée par le roi comme le voulait l’usage » : en effet, il était d’usage que tous les premiers fruits et légumes devaient être consommés en premier par le Roi. 

…………………………

Vous écoutez la version chantée de la légende en tahitien ! m a g n i f i q u e !! j’ai retrouvé ça et je suis trop heureuse : cette version date des années 60 !! il n’y en a pas d’autre !

Publié dans LEGENDES POLYNESIENNES | 3 Commentaires »

 

CLUBFREEDOM ET REVOLVINGTRAVEL |
Sage-femme au Poste de sant... |
Aventure Libanaise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marie à vancouver
| adsvoyages
| Xin Chào Vietnam... Ginett...